Financement du Pavie : La DER/FJ évalue les résultats obtenus par les Sipa de Matam

0
16

Matam, envoyé spécial)

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Programme d’appui à la valorisation des initiatives entrepreneuriales (Pavie), la Délégation générale à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) a organisé une mission de suivi et de prospection dans les régions de Matam et Saint-Louis.
Il s’agit ici, d’une mission de terrain de quatre jours (du 22 au 25 juillet) pour avoir un aperçu sur les besoins réels des prometteurs avec un état des lieux du site. En effet, elle permet d’appréhender au mieux l’emplacement du projet et de juger de la pertinence de financer les promoteurs. Son objectif est de visiter des projets agricoles dont notamment les Sipa (Société d’intensification de la production agricole), de fermes laitières et de mini-laiterie ; de remise de financement aux mini-fermes laitières, et enfin, rencontrer les acteurs des Sipa, des fermes agricoles et laitières ainsi que les mini-laiterie. Bref, elle consiste non seulement à constater de visu, les résultats obtenus après financement, de faire le suivi et d’appréhender les besoins réels présents mais aussi, de procéder à la remise de nouveaux financements.
Trois Sipa visitées à Matam

Ainsi, la DER/FJ a démarré la première étape de cette mission par Matam. Et ce mercredi 22 juillet, le Délégué général, accompagné de son équipe, du chef d’agence de la Banque nationale pour le développement de l’économie (Bnde) de Ourossogui, Tourado Diop, du directeur du Projet de développement agricole de Matam (Prodam), Thierno Ba, entre autres, a visité, tour à tour, la Sipa de Thiambé (Ourossogui), la Sipa de Ogo 2 (Ourossogui) et la Sipa de Orkadiéré (Kanel).
Plus de 100 millions ont été octroyés à la Sipa de Thiambé

La Sipa de Thiambé est un périmètre agricole de 40 hectares dont les 30 sont aménagés. Elle a reçu un cofinancement de la DER et de la BNDE de plus de 200 millions de francs Cfa. Et selon sa gérante, Mme Binta Hann, cet appui financier a permis de faire une campagne agricole sur 10 mois. En effet, il a permis aux promoteurs de cultiver 13 hectares de Gombo, 2 hectares de pastèques, entre autres. «Ici, on cultive tout. Du gombo, de l’aubergine, du pastèque, du melon, du mil, du sorgho, entre autres, durant toute l’année».
A l’en croire, ce financement a permis à la Sipa de «faire un grand bon en avant car, elle a eu à acquérir tous ses besoins en intrant, en semence, en engrais, et autres». 
Mme Hann précise que depuis l’avènement des Sipa en 2011, sa Sipa n’a jamais eu à bénéficier d’un tel financement pour une seule campagne.
17 millions pour la Sipa de Ogo 2
La Sipa de Ogo 2, quant à elle, a été financée à hauteur de 17 millions de francs Cfa. Son promoteur est un marabout populaire de la place. Et pour cette année, le Délégué général de la DER a décidé de l’accompagner dans le modèle pour en faire une Sipa de «référence» dans la zone. En effet, dans cette Sipa de Ogo 2,  la DER a pour objectif d’y réaliser un centre d’incubation pour former et encadrer les jeunes qui s’y activent tout au long de l’année afin qu’ils puissent gagner leur vie sur la bénédiction de leur khalife.
La Sipa de Orkadiéré a bénéficié d’un financement de 25 millions
Financée à hauteur de 25 millions de francs Cfa par la DER/FJ, en partenariat avec la BNDE, dans le cadre de la campagne agricole de l’année écoulée, la Sipa de Orkadiéré a pu cultiver 10 hectares de pompe de terre et diversifier les cultures. Et selon son gérant, Sadio Ba, les résultats obtenus sont «bons» car, le crédit a été remboursé et depuis lors, les productions ne se sont pas arrêtées. Elles tournent durant toute l’année sur une superficie de 40 hectares.
Il ajoute que le financement de la DER a permis aux promoteurs de cultiver toute la terre. Ici, plus de 150 femmes et jeunes s’activent dans cette Sipa tout au long de l’année. Et toutes les productions sont vendues et consommées. Elles varient et dépendent des cultures. Ils peuvent entre 27, 28 et 29 tonnes de pomme de terre à l’hectare et entre 10 et 12 tonnes de pastèques à l’hectare. Et à la fin de chaque récolte, les promoteurs remboursent d’abord les crédits. Ensuite, ils amortissent l’investissement avant de se partager le bénéfice.
Papa Amadou Sarr, pour sa part, après avoir précisé que la DER a financé ces Sipa dans le cadre du Pavie dont le coût global est estimé à près de 500 millions de francs Cfa, a renseigné que ledit programme a eu à impacter une vingtaine de Sipa, en termes de financement.
Ici, le Délégué général de la DER s’est dit heureux de constater que les 25 millions qui ont été octroyés à la Sipa de Orkadiéré pour la production de pompe de terre, ont porté leurs fruits. Ce, en termes d’emplois et de productions.
Investir dans le solaire, une nécessité
Par rapport à la problématique du coût de l’énergie soulevée par les promoteurs, la DER a décidé d’accompagner ces Sipa dans l’investissement sur des centrales solaires afin de les aider à alléger leurs charges énergétiques.
En outre, Papa Amadou Sarr s’est engagé à les accompagner dans la production et dans la diversification ainsi que la spéculation des cultures. Ce, dans le but de «mieux satisfaire» la demande au niveau national et pour l’exportation.

Pour la prochaine campagne, la DER a décidé d’octroyer une enveloppe de 25 millions à la Sipa de Orkadiéré, en guise de financement. Et si elle rembourse, ce montant sera multiplié par 2, et ainsi de suite.
A rappeler que la DER/FJ a bénéficié d’un accord de financement de la Banque africaine de développement (Bad) pour la réalisation du Pavie. Lequel est décliné en deux phases dont une première de 5 ans et une seconde de 2 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici